Auto-entreprise : un régime social et fiscal favorable

Également connue sous le nom de micro-entreprise, l’autoentreprise est un régime qui a été créé en 2009 et qui connaît un succès retentissant auprès des personnes désireuses de se lancer dans l’entrepreneuriat. Alors, si vous prévoyez aussi un changement d’activité afin de devenir indépendant, sachez qu’il s’agit de l’un des meilleurs statuts que vous pourrez choisir pour débuter votre activité. Alors quels sont les avantages du statut d’autoentrepreneur ? Découvrez 3 avantages qui font de ce statut un régime idéal pour une activité indépendante.

Statut d’autoentrepreneur : une gestion simplifiée au quotidien

Si vous cherchez à savoir comment devenir autoentrepreneur, c’est certainement pour profiter des avantages de cette forme juridique tant plébiscitée par de nombreux professionnels. L’autoentreprise vous libère des démarches lourdes et contraignantes propres à la constitution d’une entreprise.

Avec ce statut, vous n’avez pas besoin de rédiger des statuts, de faire des bilans comptables. Les démarches administratives ainsi que les obligations comptables de ce type d’entreprise sont réduites au strict minimum.

De façon concrète, vous devez seulement :

  • tenir un livre de recettes/dépenses,
  • émettre des factures pour les clients,
  • ouvrir un compte bancaire dédié à votre entreprise : il doit être séparé de votre compte courant privé,
  • déclarer votre chiffre d’affaires et payer vos cotisations sociales et fiscales.

Comme vous pouvez le constater, la gestion de ce type d’entreprise est assez simple, ce qui vous laisse le temps de vous concentrer sur le développement de votre affaire.

En outre, les formalités d’ouverture sont rapides, car la déclaration de votre structure peut se faire totalement en ligne. Il suffit de remplir le formulaire « P0 Micro-Entrepreneur », de joindre les pièces requises et d’envoyer le tout au Centre des Formalités d’Entreprise (CFE) dont dépend votre activité.

autoentrepreneur entreprise

Un allègement des charges sociales

Depuis le 1er janvier 2020, les autoentrepreneurs qui respectent certaines conditions peuvent profiter de l’ACRE. Il est question d’une exonération partielle des charges sociales valable pour la première année après la création de la société.

À la fin de l’année, l’exonération disparaît et vous serez soumis aux taux de cotisations sociales classiques :

  • 12,8 % si vous menez une activité d’achat/revente de marchandises, de vente de produits à consommer sur place et de fourniture de logements,
  • 22 % pour les services commerciaux et artisanaux,
  • 22 % pour les métiers libéraux.

Les cotisations sociales à payer dépendent directement de votre chiffre d’affaires. Vous devez donc le déclarer chaque trimestre afin que l’administration calcule les cotisations et les prélève.

Statut d’autoentrepreneur : une franchise en base de TVA

Avec le statut d’autoentrepreneur, vous n’êtes pas redevable de la TVA à partir du moment où vous ne dépassez pas les plafonds du chiffre d’affaires :

  • 34 400 euros par an pour les services relevant de la classe des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ou non commerciaux (BNC),
  • 85 500 euros par an si vous réalisez une activité de vente de marchandises, d’articles, de produits à emporter ou à consommer sur place, ou encore pour les prestations de logement.

Avec cette exonération, vous ne facturez pas de TVA à vos clients, ce qui vous rend plus compétitif sur le marché. Mieux encore, vous êtes libéré de la lourde charge de la déclaration de TVA.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.